Information Covid Recherche

Présidente et vice-président d’une Junior-Entreprise : l’engagement associatif en école d’ingénieurs

Présider une Junior-Entreprise : quelles attributions, quel investissement, quelles compétences acquises ? Interview croisée avec Capucine Sans, Valentin Deschâteaux et Maxime Kuntz, respectivement présidente et vice-présidents d’EjC.  

Depuis 1996, ENSAI junior Consultant, la Junior-Entreprise de l’ENSAI, met en relation les organisations ayant un besoin d’études statistiques et les élèves-ingénieurs qui les réalisent. EjC compte parmi les 30 meilleures Junior-Entreprises françaises et s’est vue attribuer la meilleure mention accordée par la Confédération Nationale des Junior-Entreprises pour la 7e année consécutive en 2021.

Pouvez-vous vous présenter ?

Capucine Sans : Je suis en 3ème année du cursus ingénieur en filière Data Science, Modélisation économique & Santé à l’ENSAI. Je suis entrée sur concours via la filière B/L et avant de devenir Présidente en février 2021, j’ai été Secrétaire Générale pendant un an au sein d’ENSAI junior Consultant.

Valentin Deschâteaux : Originaire de prépa Maths Physique à Clermont-Ferrand, je suis en 3e année Data Science & Gestion des Risques. L’an dernier j’étais membre du développement commercial et je suis désormais vice-président.

Maxime Kuntz : Je suis actuellement en 3e année du cursus ingénieur, en filière Data science & Génie statistique. J’ai intégré l’ENSAI par le concours mathématiques, après deux années de prépa MPSI/MP*. Je suis vice-président d’EjC, après avoir été trésorier.

Capucine, quel est ton rôle en tant que présidente ?

C.S. : Mon rôle en tant que présidente élue après un an de fonction au sein de la structure est avant tout d’apporter de la sécurité et de la pérennité à la J-E. Avec ce statut, je me dois d’incarner une figure expérimentée ayant un œil sur l’ensemble des activités pour conserver les valeurs et la vision d’EjC. Ces valeurs sont l’Expertise, l’Engagement, la Transparence et le Partage. Elles sous-tendent toutes nos actions, en alignement avec notre vision stratégique qui est de devenir la référence de la data sur le territoire breton. Je me perçois comme un élément rassurant pour mon équipe et pour nos parties-prenantes en vue de les aider à se/nous faire confiance, monter en expérience et avancer sereinement.

A quoi ressemble une semaine type pour un membre de la présidence ?

C.S. : Voici mes tâches principales :

  • Présence en Conseil d’Administration
  • Gestion de mes études (chef de projet ou assistant) : réunions et/ou mailing et/ou rédaction de documents administratifs
  • Gestion de l’ensemble des études : relecture de documents, discussion, suivi plus lointain
  • Échanges avec des agents du mouvement des J-E : CNJE, notre Junior filleule, le regroupement des J-E Rennaises, d’autres Junior
  • Stratégie : suivi du plan d’action, réflexion sur celui-ci, construction du SMQ, suivi des KPI…
  • Planification : remplir mon calendrier, mettre des rappels, m’organiser, placer mes réunions

Cela consiste en beaucoup de réunions physiques ou par visio avec des personnes venant de nombreux horizons sur des sujets très variés qui vont de l’interne, aux discussions avec d’autres structures en passant par la gestion d’études, les interactions avec nos encadrants du mouvement, les rencontres inter-écoles ou encore la mise en place de projets avec l’équipe.

V. D. : Cette année, mes tâches sont principalement de deux types. Premièrement je dois m’assurer que les pôles dont je suis le référent (le pôle développement commercial et le pôle informatique) puissent travailler efficacement. Cela passe par des réunions régulières parfois formelles comme en permanence mais plus souvent informelles avec un membre en particulier qui aurait une question. L’enjeu est souvent d’encourager la personne à poursuivre dans une direction ou de la freiner si l’expérience pousse à le faire.

Parfois il est aussi nécessaire de relancer des contacts (alumni de la J-E, clients …) qui sont plus réactifs vis-à-vis d’un président que d’un membre de la J-E en premier mandat. J’essaie néanmoins de laisser un maximum de libertés et de faire confiance pour ne pas altérer l’expérience des membres de la J-E. La difficulté réside souvent dans le fait de savoir quand il faut imposer ses idées et quand il faut laisser place à l’imagination de l’équipe.

Ma seconde mission est d’assurer le rôle de chef de projet pour des études. De la rédaction de la convention d’étude au rendu final en passant par le recrutement des intervenants au sein de l’école, cette tâche est aussi passionnante que chronophage. Elle permet néanmoins d’avoir une bonne idée des problèmes inhérents aux métiers de la data et complète parfaitement l’expérience qu’un étudiant peut avoir en Junior-Entreprise.

M. K. : Il faut savoir que chez ENSAI junior Consultant, les postes de la présidence ne sont accessibles qu’après un premier mandat dans un autre pôle. Ceci permet d’avoir davantage de recul sur le fonctionnement de l’association et de garantir la continuité en ayant déjà en tête les enjeux de la structure. C’est notamment à ce titre que la mission de conseiller le reste de l’équipe est primordiale, nous sommes à leur écoute et nous les accompagnons pour mener à bien leurs tâches. Cet aspect est ressorti principalement sur la première partie de mon mandat de vice-président et m’a permis de prendre encore plus conscience de toutes les connaissances et compétences que j’ai pu acquérir en tant que trésorier.

Quel temps consacrez-vous chaque semaine à votre engagement associatif ?

C.S. : L’engagement au sein de la J-E représente entre neuf et dix heures de travail par semaine, mais j’ajouterais qu’il y a un engagement mental non négligeable. Le président est le principal garant de la pérennité d’une structure expérimentée et renommée qu’on ne veut pas voir régresser. Je passe donc beaucoup de temps à penser à EjC, mais c’est le côté “maternant” de tout président !

Je précise toutefois que j’apprécie vraiment le temps passé à “faire de la J-E”. Cela me permet de décompresser des cours, tout étant productive. Les tâches sont tellement variées (contact client, échange avec d’autre Junior, construction de visuel / de présentation PPT / de prix / d’outils de SMQ, remplissage de mes indicateurs, organisationnel, discussion avec mon équipe…) que je ne vois pas le temps passer.

V. D. : De mon côté, l’investissement en temps pour la J-E est variable selon les semaines. Outre les réunions régulières (conseils d’administration, réunions de projet ou réunions client), la disponibilité et la réactivité face aux demandes de l’équipe sont primordiales. J’estime qu’une semaine moyenne nous demande, à nous vice-présidents, environ une heure d’investissement par jour.

Pourquoi avez-vous décidé de vous présenter à la présidence ?

C.S. : J’étais personnellement motivée à tenir un rôle au sein de la Présidence et signer pour une année supplémentaire car j’avais l’impression qu’il me restait beaucoup à donner pour la structure. Ma principale motivation pour rejoindre EjC a toujours été de faire grandir l’association et de l’améliorer sans cesse. Je suis convaincue que c’est ce genre de motivation, plus qu’un intérêt purement personnel, qui permet de tenir sur la durée et d’apprécier son expérience J-E, peu importe les incidents (sanitaires, par exemple) qui peuvent advenir.

M. K. : Dès mon arrivée à l’ENSAI, j’ai été intéressé par la Junior-Entreprise et j’ai débuté en tant que trésorier de l’association. C’était une expérience unique, notamment en raison de la crise sanitaire qui m’a permis d’apprendre énormément quant à la gestion (financière et surtout budgétaire) de l’association. Comme Capucine, je sentais que j’avais encore beaucoup à apprendre et à donner. C’est pour cette raison que j’ai souhaité poursuivre avec un mandat de vice-président.

V. D. : J’ajouterais que nous étions tous les trois à la recherche d’un premier challenge managérial. Cette compétence nous paraît importante dans les postes que nous serons amenés à occuper à l’avenir. Mon second objectif était de pouvoir réfléchir sur des projets avec plus de maturité et de recul que lors de mon premier mandat. Puis bien sûr, un attachement à la J-E que je voulais voir continuer d’évoluer et une envie de partager les bonnes ondes et les galères qui m’ont fait progresser ont été une motivation certaine !

Que vous a apporté cette expérience ?

C.S. : Comme le disait Valentin, devenir présidente m’a permis de me familiariser concrètement avec le management. Au sein de la J-E, il est notre quotidien, à travers la construction d’une stratégie, d’un plan d’action et des outils qui y sont liés (SWOT, SMQ, agilité, KPI…) et bien sûr à travers la gestion d’une équipe et l’apprentissage du leadership. Notre expérience à la présidence nous pousse à mettre un pied dans le monde “business” et à maîtriser les pratiques, concepts et jargon enseignés traditionnellement en école de management. C’est une longueur d’avance appréciable.

La relation avec l’équipe est très différente et très enrichissante également. Au fil de mon mandat, j’ai pris de l’assurance et j’ai peu à peu appréhendé les tâches de représentation avec plus de sérénité : une assurance qui m’a déjà servi au cours de mes stages et qui m’aidera dans ma vie professionnelle future.

M. K. : Au sein de la présidence, avec Capucine et Valentin, nos parcours antérieurs dans la J-E sont différents, ce qui nous rend complémentaires : j’ai désormais une vision plus globale de notre association et de notre environnement que durant mon premier mandat. Tout le travail autour du pilotage de la J-E m’a fait découvrir l’intérêt d’avoir une stratégie, de détailler les actions associées et de les suivre à l’aide de KPI. La réflexion menée pendant le mandat autour de la qualité m’a également fait prendre conscience de l’importance de formaliser les différentes tâches pour pouvoir contrôler, analyser et améliorer les actions quotidiennes inhérentes à la gestion d’EjC.

V. D. : Je me retrouve dans ce que disent Capucine et Maxime. Pour conclure, nous gardons tous les trois le cap pour terminer le mandat dans les meilleures conditions : les projets sont nombreux et les perspectives prometteuses. J’espère que nous laisserons l’association aussi stable et encore plus étoffée qu’à notre arrivée et que chacun des membres que nous avons côtoyés aura su s’épanouir à travers son expérience J-E.

 

ENSAI junior Consultant a commencé son processus de Recrutement Formation Passation (RFP) à la rentrée 2021. Dès le 2 novembre, la J-E de l’ENSAI entame la quatrième des sept semaines de formations pour trouver le nouveau mandat 2022-2023. Il est encore temps de les rejoindre. Pour l’équipe en poste, la recherche de la relève de la présidence est officiellement lancée, à vos candidatures !

Suivez l’actualité d’ENSAI junior Consultant sur LinkedIn, Facebook et Instagram.