Information Covid Recherche

L’ENSAI passe son oral avec Campus Channel 

40 minutes pour mieux connaître ENSAI grâce à ceux qui y étudient et y travaillent au quotidien, c’est le pari de l’Oral de Campus Channel. Le média spécialiste de l’enseignement supérieur a donné la parole à deux Ensaiens et au directeur des études. 

Un échange sans filtres avec Ronan Le Saout, directeur adjoint et directeur des études de l’ENSAI, accompagné de Louise Kozlowski, étudiante au sein du Master Evaluation et décision publiques et Maxime Kuntz, élève-ingénieur, tous deux en troisième année.

ENSAI X CAMPUS CHANNEL : voir la vidéo

60 secondes pour présenter l’ENSAI, la grande école de la Data Science

C’est une tradition dans l’émission de Campus Channel, l’interview débute toujours par un pitch. Un des intervenants doit présenter l’école en une minute. Ronan Le Saout a relevé le défi.

“Qu’est-ce que l’ENSAI aujourd’hui ? C’est une grande école d’ingénieurs spécialisée en Data Science, située près de Rennes. C’est une école à taille humaine, avec des promotions d’environ 150 élèves et un recrutement diversifié, à la fois par concours, mathématiques, économique, sciences sociales mais aussi par admission sur titres d’élèves de DUT, universitaires ou d’écoles étrangères.

Est-ce que se spécialiser en Data Science c’est vraiment se spécialiser ? Les enseignements sont effectivement centrés sur les l’informatique, les statistiques, les mathématiques, l’économie mais avec une diversité de débouchés et d’applications possibles dans les deux cursus. Dans la sphère publique, la statistique publique ou dans la sphère privée, que ce soit dans le marketing, la finance, la biostatistique, l’économie numérique ou tout un ensemble de champs qui reste ouvert”.

Une interview “vérité” pour combattre les clichés

Durant l’entretien, le journaliste de Campus Channel balaie un grand nombre de sujets : admission, programme, doubles diplômes, débouchés, vie étudiante… mais il s’attache aussi à déconstruire les idées reçues.

Les trois intervenants ont été invités à rétablir la vérité au sujet de clichés. Ronan Le Saout a débuté en soulignant que l’ENSAI ne formait pas que des statisticiens publics pour l’Insee et les ministères. Ceux-ci représentent en effet un tiers des effectifs, le reste de la promotion étant constitué d’une centaine d’élèves-ingénieurs chaque année. Le directeur des études précise que cette dualité public/privé est inscrite dans l’ADN de l’ENSAI et que les deux cursus sont par ailleurs largement communs les deux premières années.

Louise Kozlowski prend ensuite la parole en soulignant que contrairement à son idée première, avant d’intégrer l’ENSAI suite à une CPGE D2, l’ENSAI compte un grand nombre de filles. Elles représentent en moyenne 40% des effectifs chaque année, ce qui est bien supérieur à la moyenne des écoles d’ingénieurs.

“Quand on étudie à l’ENSAI, on a l’impression que c’est 50/50 car il n’y a pas de cloisonnement. Cela contribue vraiment à la bonne ambiance de l’école. L’administration donne autant la place aux hommes qu’aux femmes et nous le font ressentir par la communication, les mails…c’est vraiment appréciable.”

Enfin, Maxime Kuntz, étudiant en 3e année, spécialisation Data Science & Génie Statistique et par ailleurs vice-président de la Junior-Entreprise de l’ENSAI, s’attaque lui aux préjugés concernant les débouchés de l’ENSAI. L’école n’est certes pas généraliste, toutefois la Data Science est devenue clé dans un grand nombre de domaines économiques et sociétaux. Pour Maxime, le champ des possibles est particulièrement vaste pour les ingénieurs et statisticiens publics diplômés de l’ENSAI.

Vous souhaitez devenir Data Scientist ? Plus d’informations sur les admissions, le cursus ingénieur et le cursus statisticien public de l’ENSAI