Information Covid Recherche

Maxime BEAUTE

Maxime BEAUTE

 

 

 

Promotion  2015
Parcours : Attaché statisticien de l’Insee, parcours Statistiques et traitement des données du Master de Statistique publique

” De développeur sur insee.fr à méthodologue sur la confidentialité : des postes variés à l’Insee qui ouvrent sur une grande collaboration internationale”.

 

Mon parcours avant l’ENSAI

Terminale S, puis classes préparatoires scientifiques MPSI/MP au lycée Paul Cézanne à Aix-en-Provence.

Pourquoi ce choix de filière d’étude à l’ENSAI ?

Cette volonté de travailler à l’Insee a germé très tôt dans mon esprit, dès le lycée. J’ai toujours aimé les mathématiques, et le fait d’appliquer cet outil pour mieux comprendre la société qui nous entoure rendait la chose particulièrement attrayante pour moi. Eclairer le débat public et informer les citoyens sur les évolutions de la société et de l’économie donnent toujours du sens à mon travail, et confirme que je ne me suis pas trompé de voie. Rétrospectivement, la diversité dans les postes que l’on peut occuper à l’Insee a aussi satisfait mon côté curieux et polyvalent. Et de manière plus générale, travailler dans la fonction publique offre un cadre de travail propice à la coopération et à l’équité.

À l’issue de la deuxième année, j’ai choisi de faire le Master en Statistique publique, parcours Statistiques et traitement des données. Cela m’a permis de terminer l’ENSAI avec un diplôme de Master qui offre une reconnaissance de mes années d’études post-bac. J’ai choisi le parcours orienté informatique car il me permettait, la même année, de préparer aussi l’examen d’analyste-développeur. Cet examen nous apprend notamment à concevoir un système d’information et à organiser un projet. Il permet d’obtenir une prime si le poste que l’on occupe concerne l’informatique.

Mon premier poste

Analyste-développeur sur insee.fr
Lieu : Direction générale de l’Insee
Fourchette de salaire (brut annuel) : 30 000 à 40 000 €

Je suis arrivé sur ce poste un an et demi avant la fin du projet de refonte du site internet de l’Insee. J’ai donc pu assister au passage entre la création du site avec l’équipe projet, et sa pérennisation avec la nouvelle équipe de maintenance. Le travail d’équipe et l’entraide étaient omniprésents : avec l’équipe informatique, comme avec l’équipe métier, qui spécifie le travail de développement à réaliser. Plus concrètement, il s’agissait de développer de nouvelles fonctionnalités pour insee.fr, de corriger des bugs, de mettre les nouvelles versions en production, d’estimer la charge des tâches à venir, et de veiller collectivement au maintien d’un bon niveau de qualité en partageant nos pratiques ou en se formant aux nouveaux outils. Le site internet de l’Insee repose sur de nombreux langages et outils. Même s’il y avait beaucoup à apprendre au départ, le poste a donc su rester très stimulant et enrichissant. Ces quatre années ont également été l’occasion de réaliser mon mémoire de Master. Il s’agissait de mettre en place la livraison continue, c’est-à-dire de pouvoir mettre en production les nouvelles versions du site internet de manière fiable et complètement automatisée. Il a donc fallu concevoir et réaliser une infrastructure adaptée, avec l’aide d’autres équipes.

Mon poste actuel

Expert méthodologue sur la confidentialité statistique
Lieu : Direction de la méthodologie et de la coordination statistique et internationale, Direction générale de l’Insee
Fourchette de salaire (brut annuel) : 30 000 à 40 000€
Encadrement : non  / Autonomie : oui

J’ai commencé mon deuxième poste en 2019, cette fois dans la sphère statistique. La confidentialité statistique consiste à diffuser des résultats statistiques tout en empêchant la divulgation d’informations individuelles sur une personne ou une entreprise.
Juste avant de diffuser leurs résultats, les responsables de certaines enquêtes sur les entreprises m’envoient leurs tableaux de données. Je « pose le secret » sur ces tableaux afin de les rendre diffusables tout en se prémunissant de tout risque de divulgation d’information individuelle. Je suis le référent dans le domaine de confidentialité. Je conseille donc les statisticiens qui auraient des questions ou des demandes spécifiques. Je forme et je sensibilise aussi régulièrement les nouveaux arrivants. Je fais partie d’un réseau d’experts européen qui mène à bien des projets pour Eurostat, comme la confidentialité pour le recensement européen de la population. Enfin, pour me tenir à jour sur les bonnes pratiques, je consulte la littérature scientifique du domaine, et je participe régulièrement à des séminaires. C’est l’occasion de présenter en anglais mes derniers travaux, d’échanger des conseils et de rencontrer mes homologues. Les derniers séminaires ont eu lieu à Pékin, à La Haye et à Barcelone.

Mes perspectives (évolution, projets, changement de voie) :

Je ne suis pas encore tout à fait fixé sur ce que je souhaite faire ensuite, mais je sais qu’à l’Insee j’ai encore beaucoup de choses à (re)découvrir, que ce soit sur des savoir-faire spécifiques (informatique, méthodologie, conception d’enquêtes, production…) ou sur des thématiques spécifiques (statistiques sociales, démographie, entreprises…).

Quel(s) souvenir(s) de l’ENSAI ?

Durant la première année, j’ai pris des cours de théâtre avec trois amis de l’école, à l’extérieur. Pendant l’été avant la deuxième année, on s’est demandé : mais pourquoi ne pas faire la même chose à l’ENSAI ? Et c’est là qu’a démarré le club théâtre. Le club a eu du succès, et on a tous beaucoup rigolé pour préparer le spectacle ! C’était aussi très intéressant de voir l’envers du décor en passant d’élève à « prof » : préparer les séances, animer un groupe, réfléchir à la mise en scène, chercher une salle de spectacle… C’était très plaisant de pouvoir gérer l’organisation à plusieurs. Depuis, la machine ne semble pas prête de s’arrêter et je souhaite plein de joies à nos successeurs !

Et puis l’été avant la deuxième année était aussi le moment de réaliser son stage. J’ai eu la chance de pouvoir le faire au Central Statistics Office de Cork, qui est l’équivalent irlandais de l’Insee. J’ai travaillé sur des méthodes d’échantillonnage pour l’indice des prix à la consommation. C’était une belle occasion de voir comment était organisé un autre institut de statistiques publiques que celui en France, dans un cadre de vie et de travail très sympathique.

Un conseil d’Alumni ?

Pour choisir ta filière en première et en troisième année, questionne-toi sur ce qui t’importe le plus pour ton futur métier. Et renseigne-toi pour trouver ce qui te semble être le plus en adéquation avec tes attentes !

Merci Maxime !

 

Tous les témoignages